Comme vous l’aurez deviné dans l’article Faire une trousse de voyage écologique, nous aimons le “made in maison” (fabriqué maison). 

Nous avons commencé avec les produits d’hygiène, cosmétique, mais le défi n’était pas suffisant. Le dernier en date ? La couture ! Oui oui, vous avez bien lu ! Alors certes, cela demande du temps et de la patience mais les avantages tel que le choix des produits, le prix ou encore le plaisir de réaliser ses affaires, ont fait pencher la balance pour le made in maison.

Pour vous situer comment nous est venue l’idée, retournons en Nouvelle-Zélande. Là-bas, nous y avons découvert la laine de mérinos.

 

Il est trop mignon !

Cette race de mouton originaire d’Australie a parfaitement trouvé sa place en Nouvelle-Zélande grâce à son adaptation aux conditions climatiques difficiles. Chaque produit issu de cette laine est très recherché car il possédera de nombreuses qualités :

  • Tient au frais par temps chaud et au chaud par temps froid 
  • Antibactérienne, donc peu d’odeurs 
  • Fibre naturelle
  • Bonne évacuation de la transpiration
  • Séchage assez rapide
  • Bon rapport isolation/poids
  • Isole du froid même mouillée
  • Ne démange pas

Vous l’aurez compris, il n’y a que des avantages ! Enfin, comme tout produit exceptionnel, de plus en plus d’entreprises se lancent dans la production, la demande augmente, l’élevage s’intensifie et les dérives sont de plus en plus courantes.

Pourquoi ça craint d’acheter du mérinos n’importe où : Le mouton mérinos est gros et possède de nombreux plis de peaux, dans lesquels, malheureusement, une mouche s’y sent parfaitement bien. Pour éviter la ponte de ces mouches sous la peau des moutons, des éleveurs coupent des lambeaux de peau, à vif, sur le derrière des agneaux (technique du mulesing). Élevés en Australie, les moutons sont ensuite entassés dans des bateaux à destination de pays d’Asie ou du Moyen-Orient où la condition animale, les conditions de travail et la préoccupation environnementale sont loin d’être des priorités.

Heureusement des entreprises s’engagent pour le respect des moutons, des éleveurs et de l’environnement. Si vous voulez un fabricant qui fait parti des bons élèves : Icebreaker, eux c’est du made in Nouvelle Zélande. Il faut juste y mettre le prix…

C’est à ce moment-là que la couture entre en jeu ! Plusieurs boutiques proposent de la laine de mérinos au mètre sur Auckland. En cherchant un peu, nous avons découvert où nous fournir en laine provenant de petites fermes néo-zélandaises, où les moutons sont élevés en plein air et où le mulesing n’est pas pratiqué. Ça encourage. Alors c’est parti !

 

 

Après plusieurs heures de recherches de leçons de couture, de machine à coudre, de patron et de nombreuses heures de confection, nous avons maintenant pour nous habiller :

  • Lorène :
    • 2 t-shirts manches courtes
    • 1 t-shirt manches longues
    • 3 boxers
  • Ben :
    • 1 t-shirt manche courtes
    • 1 polo manches courtes
    • 4 boxers

 

La preuve que la couture made in maison c’est pour tous les niveaux, Ben lui s’est lancé dans la confection d’un drap de sac de couchage en laine de mérinos.

2 en 1 : drap de duvet et ceinture de chasteté

2 en 1 : drap de duvet et ceinture de chasteté

Avec un si bon départ, pourquoi ne pas réaliser une chemise pour Ben puis une jupe transformable pour moi. Pour la chemise, nous avons trouvé un tissu composé majoritairement de fibre d’eucalyptus, en fibre végétale, donc, naturellement antibactérienne et à séchage rapide. La jupe sera réalisée à partir d’un tissus en fibre de lin, légère et qui séchera rapidement. Une merveille quand il s’agit de limiter le nombre de tenus à emporter avec soit.

 

 

J’ai également récupéré une polaire trouée (merci maman) pour coudre une petite housse d’ordinateur portable. Oui oui, les vacances ont été reposantes !

Et pour finir, j’ai réutilisé les chutes pour éliminer les pertes. C’est parti, je confectionne un sac en bandoulière, trois petits pochons pour les achats en vrac ou de fruits et légumes, des housses brosse à dents et une housse de téléphone.

Puis entre deux confections coutures, pour occuper nos trajets en train autour de la France, je suis retournée au tricot pour préparer une éponge tawashi lavable, parfaite pour notre voyage à venir !

Et voici l’intégralité de notre “made in maison”, les sacs sont remplis, le départ approche.