Raconte-moi Toi – Argentine est le deuxième article de la série « Raconte-moi Toi ».

Nous avons interviewé un couple germano-sud-africain, Martina et Johan que nous avons rencontré lors de notre premier volontariat en Argentine, du côté de Seclantas (pour retrouver le récit de notre volontariat, c’est par ici). Nous avons passé une semaine avec eux à construire leur maison en terre et à échanger autour du feu sur la vie, les voyages et les constructions naturelles !

Martina, Johan, Perla et Sheepy devant la maison

 

Martina, Johan, Perla et Sheepy devant la maison. L’interview a été réalisée le 5 Novembre 2017, soit 5 jours après notre arrivée chez eux. Nous avons décidé de réaliser l’interview du couple en même temps afin de leur faire partager les réponses spontanées de l’autre.

 

  • Quel est votre prénom ?

Johan (rit) : Ok ! Johan.

Martina : Martina. C’était vraiment difficile, j’espère que ça va devenir plus facile (rit).

 

  • Quel est votre âge ?

J’ai 40…5.

28 (sourit).

 

  • A quel moment devient-on vieux ?

(Spontanément) Jamais !

Oui, vieillir est inévitable, grandir est un choix.

Mon corps devient vieux, mais pas mon cœur, ni mon esprit.

 

  • Quel est votre métier ? Combien de temps l’exercez-vous par jour ?

Eh bien, on n’a pas vraiment d’occupations à ce jour.

Je suis étudiante. J’étudie le monde et les gens.

Oui effectivement, actuellement je suis un maçon et un fermier. Oh la vache, combien de temps travaille-t-on par jour ?

On travaille entre deux et huit heures.

C’est dur à dire, il y a des jours où on ne travaille pas et d’autres où on fait journée pleine. On fait ce qu’on veut.

Moi, je suis plutôt en train de jouer toute la journée.

Oui, on fait ce qu’on veut.

 

  • Comment se déroule une de vos journées types ?

Je me réveille, je le regarde et je prends peur (rit). Nooon, j’ouvre mes yeux, je le vois et mon cœur se remplit d’amour puis je murmure « café ».

(Tout le monde rit).

Et il se lève et va faire un café. Je fais du yoga.

Oui, toi yoga, je n’en fais pas, moi j’Internet.

Il fait du yoga cérébral.

Oui yoga cérébral. Et ensuite, on fait tout ce qu’on a à faire, on construit la maison, on accueille des visiteurs, on jardine ou on ne fait rien du tout. Certains jours on décide : « c’est parti ! On prend la moto », on va faire un tour, boire une bière. Puis on rentre, on se repose. Il n’y a pas de week-ends. On n’a pas de week-ends, on ne fait pas de week-ends.

 

  • Que voudriez-vous faire quand vous serez grand ?

(Spontanément) On ne grandit pas (rit).

J’espère que je ne grandis pas ! J’espère que je ne vais pas grandir.

Nous sommes déjà en train de réaliser notre rêve. Il y a vingt ans, quand j’élevais des chevaux, c’était aussi mon rêve. Il y a dix ans, quand je voyageais, c’était aussi mon rêve. Alors, maintenant, je fais seulement ce que je veux le plus. Et je ne sais pas si je vais mourir ici ou ailleurs. Peut-être que dans dix ans, nous ne voudrions plus vivre ici, nous vendrons et nous ferons quelque chose d’autre.

Oui, avant j’étais « grand », puis je suis parti voyager. C’est nul de grandir, parce que grandir signifie responsabilités et autres foutaises.

 

  • Pourquoi avoir choisi un mode de vie plus respectueux de l’environnement ?

Nous avons posé cette question à Martina et Johan, cependant ils n’ont pas vraiment choisi un mode de vie plus respectueux de l’environnement. Ils ont choisi un mode de vie non consumériste avant tout.

 

  • Qu’est-ce que vous aimez en Argentine ?

La viande !

Rien.

(Les deux ricanent)

C’est un joli pays, les paysages sont beaux.

Oui, c’est une bonne place pour vivre, le temps est agréable. Mmmm, les argentins sont des gens sympas, les villageois sont un peu limités, mais le reste de la population est bonne, nous avons rencontré des gens vraiment très gentils.

Et la liberté que nous avons ici.

Le fait que nous pouvons construire une maison sans demander d’autorisation. Si je veux peindre mon toit en bleu ou jaune, c’est mon problème. Je fais ce que je veux.

Nous avons acheté ce bout de terrain, et nous pouvons faire ici ce que nous voulons, tant que nous faisons de mal à personne bien entendu.

 

L’interview dans leur future maison

 

  • Quels sont les plus gros clichés au sujet des habitants d’Argentine ? (Ce qui est le plus représentatif)

Les officiels ou les officieux ? (rit). Les argentins sont connus pour être feignants. Mais internationalement, l’Argentine c’est la viande, les chevaux, les Gauchos et le mode de vie.

 

  • Et les plus gros clichés de vos pays (Martina est allemande et Johan sud-africain) ?

A vous de nous dire ! (rit).

Je ne sais pas, tous les blancs sont racistes (sourit). Je ne connais aucun cliché sur mon pays.

Ne me regarde pas !

Qu’as-tu entendu sur l’Afrique du Sud ?

Le fromage ! L’Afrique du Sud a aussi de la bonne viande et de bons barbecues.

La viande ça n’est pas un cliché, c’est vrai ! Sinon les animaux sauvages : lions, éléphants,… Les gens imaginent qu’ils sont dans les rues.

J’entends toujours que nous sommes de bons travailleurs et précis, fiables et gastronomes, nous avons la sauerkraut (choucroute) et les pommes de terre. C’est ce qui me vient à l’esprit.

 

  • Quel est votre plat préféré ?

Sauerkraut et pommes de terre ! (rit).

Quel est mon plat préféré ? Tourte, frites et une sauce gravy.

Oh, c’est une question difficile, la viande, les pizzas, les salades de pâtes aussi…

 

  • Quelle est votre passion ?

La mienne, les motos !

C’est lui (sourit). Ma passion ? J’étais très passionnée par les chevaux, mais plus vraiment maintenant. Je ne sais pas.

La construction !

Oui ! (Rit) 

 

  • Si vous aviez l’occasion de réaliser un rêve, quel serait-il ?

Je n’ai pas de nouveau rêve ! Nous venons de commencer celui-ci.

C’est le nouveau rêve.

 

  • Yakoilabas: “Parlez-nous plus de votre nouveau rêve.”

S’éloigner de ce monde, des gens.

C’est pour cela que nous ouvrons un camping !

(Tout le monde rit).

Non, mais les voyageurs sont des gens biens. Nous souhaitons être autonomes, nous voulons être en dehors du système, de ce cercle : aller travailler, payer ses crédits, acheter des trucs dont on n’a pas besoin, faire plus de crédits, retourner travailler pour payer ces crédits. C’est ce que je veux fuir.

Avec ce lieu, nous voulons un endroit où personne ne peut nous chasser. C’est à nous maintenant, nous avons la liberté d’en faire ce que nous voulons, le rendre agréable.

Les deux : Nous voulons toujours voyager.

Vivre une vie sans stress. Seulement avoir à faire aux personnes que nous invitons, des personnes cool.

Des gens un peu plus ouverts d’esprit. Ceux qui ont étés voir ailleurs.

 

  • A quoi ressemble une journée d’école ? (horaires, uniformes, habitudes, …)

Nous n’avons pas posé cette question à Martina et Johan, car ils n’ont pas d’enfants, neveux ou nièces scolarisés en Argentine.

 

  • Quel conseil aimeriez-vous partager avec des enfants de 3 à 11 ans ?

Lavez-vous les dents au moins deux fois par jour.

Ne commencez pas à fumer !

(Tout le monde rit – Fumeur, il parle en connaissance de cause).

Entre 3 et 11 ans ! Lavez-vous les dents, vous n’avez qu’un jeu de dents.

C’est un bon conseil. Faites attention à vos genoux, ils vous manqueront quand ils ne seront plus là.

Je suis douée avec les réponses aujourd’hui (sourit).

 

  • Racontez-nous une blague svp !

Est-ce que je peux vous dire une blague qui n’est pas pour enfants entre 3 et 11 ans ?

Donc rien de cochon ?

(Tout le monde rit).

 

  • Yakoilabas: « On peut toujours essayer d’adapter ». En vrai nous ne les avons pas adaptées. Nous vous laissons les lire puis juger de leurs contenus !

Qu’est-ce qui saigne et est assis dans un coin ? Bébé jouant avec un rasoir.

 

Qu’est-ce qui est vert et ensuite rouge ? Une grenouille dans un mixer.

 

Les deux : J’en ai une bonne !

 

Là, un bon conseil pour des enfants. Un gamin est en train de jouer dans le jardin quand son père arrive et lui dit :

« Viens, je veux te montrer quelque chose. Grimpe sur le toit ».

Le garçon : « Es-tu sûr ? »

Le père : « oui oui, t’inquiète, grimpe sur le toit ».

L’enfant grimpe donc sur le toit jusqu’à ce que son père lui dise : « Saute ! Je te rattrape ».

Le garçon : « Es-tu sûr ? ».

Le père : « Oui, saute, je te rattrape ».

Le petit garçon saute du toit, le père se décale et le garçon tombe dans l’herbe.

Le garçon à son père : « Tu avais dit que tu me rattraperais. Qu’est-ce qui s’est passé ? »

Le père répond : « Ne fais jamais confiance à un juif, même si c’est ton père ».

 

Comment fait-on miauler un chien ? On le congèle et on le scie « Miaouuuuuu » !

 

C’en est une plutôt dure !

 

Comment fait-on aboyer un chat ? On renverse de l’essence dessus et on approche un briquet et « Whoof » !

Ok…supprimez ça (ce que nous n’avons pas fait).

 

Oui, je ne connais pas vraiment de blague pour enfants.

 

Le lendemain, Martina nous a raconté une blague adaptée à un public plus jeune.

Un gars voyage dans sa voiture et arrive à un guet qu’il a besoin de traverser. Il voit un homme pêcher et lui demande « est-ce que c’est profond ? »

Le pêcheur répond « non, je ne crois pas ».

Le gars retourne dans sa voiture et commence à traverser la rivière, lorsque sa voiture commence à couler. Il parvient à s’extraire et finit la traversée à la nage. Il cri alors au pêcheur « Pas profond ??? »

Le pêcheur lui répond « Ben, je viens juste de voir une canne et ses trois petits bébés marcher et traverser sans problème ! »

 

C’était l’interview de Martina et Johan à Seclantas en Argentine.

Devant la maison

Si l’article vous a plu, aimer et partager ! Si vous voulez en voir plus abonnez-vous !