Etre écolo et voyageurs, incompatibles ? Non, si on applique quelques petits gestes pour faire de son séjour, un voyage écologique.

Nous souhaitons faire un blog d’échanges et cet article nous semblait important à écrire. En effet, nous voulons rendre notre voyage le plus respectueux possible. Nous ne sommes pas parfaits, mais nous pensons qu’appliquer quelques petits gestes quotidiens dans un voyage est autant possible que dans la vie de tous les jours.

Tout d’abord, durant les préparatifs…

Nous utilisons depuis plus d’un an un moteur de recherche alternatif, Lilo. Celui-ci permet de collecter des gouttes d’eau et de les redistribuer à des projets (associations, journaux alternatifs, …). Et oui, l’air de rien, faire des recherches sur Internet a un impact environnemental non négligeable, alors autant rendre cette action la plus positive possible.

Nous avons aussi fait le choix de nous procurer de l’équipement écologique et des accessoires éco-responsables. En effet, l’industrie textile outdoor génère de nombreuses pollutions et utilise des composés chimiques qui se révèlent perturbateurs endocriniens. Il existe maintenant de nombreuses entreprises qui s’engagent pour l’Homme, les animaux et l’environnement et plusieurs certifications et sigles existent pour se repérer.

Nous emmenons avec nous une gourde thermos de 500mL et deux poches à eau de 2L chacune. Nous avons aussi fait le choix d’investir dans un filtre à eau afin de ne plus consommer de bouteilles en plastiques. A raison de deux bouteilles d’1,5 L par jour pour deux (au minimum) pour deux ans de voyage, on vous laisse faire le calcul du nombre de bouteilles économisées !

Filtre en céramique permettant de filtrer jusqu’à 7 000 L d’eau !

Nous arrêtons également d’utiliser les cotons tiges, les mouchoirs en papier, les tampons (voir notre article sur la trousse de voyage écolo).

Nous privilégions les produits biodégradables ou fait-maison. Ne vous inquiétez pas, c’est beaucoup plus simple qu’on peut l’imaginer et personnalisable à l’infini !

Ensuite, durant le voyage…

On opte pour des transports doux et on limite les trajets en avion. Certes l’avion fait gagner un temps fou, mais le décollage et l’atterrissage dégagent une grosse quantité de CO2, alors autant privilégier les vols directs.

Dans la vie de tous les jours, on essaye de manger local et de saison, ainsi que de réduire sa consommation de viande (avoir une végétarienne dans le couple, ça aide 😉 ! ).

En faisant les courses on refuse les sacs en plastiques et on choisit les aliments avec le moins d’emballage et dans l’idéal en vrac, même si ça n’est pas toujours facile. En Nouvelle-Zélande, la notion de vrac est toute particulière. J’ai réussi a trouver un magasin qui se disait « vrac » sur Auckland. En entrant, je déchante, tout est déjà pré-emballé dans du plastique…

 

Consommer local, ça passe aussi par le choix des restaurants (pas de chaînes), des hôtels, ou encore de souvenirs locaux : on oublie ceux estampillés “made in China” (sauf si vous êtes en Chine !).

On garde avec soi, des petits couverts pour les en-cas imprévus et on refuse les pailles au resto.

Couverts en bois
Tupperware
Eponge
Serviettes de table (chutes de tissu)
Gourde thermos

 

Ça n’est pas très glamour, mais ramasser quelques déchets en vadrouille améliore l’état de la nature.

Pas toujours évident, mais recyclage et voyage ne sont pas nécessairement incompatibles. En Nouvelle-Zélande, même en rando, nous avons recyclé nos déchets.

Un peu comme à la maison, on fait attention aux consommations en électricité, en eau et si on peut on emmène un chargeur solaire.

Si vous avez d’autres idées pour rendre un voyage écologique, laissez un commentaire, nous sommes preneurs de bons conseils !