Bienvenu sur notre cinquième article de la série volontariat.

Petit rappel pour tout le monde, Yakoilabas a pour but de découvrir l’agroécologie, les constructions alternatives et les cultures du monde grâce à un voyage écologique, retrouvez ici le lien vers notre article “voyage et écologie, ça marche?” , et des volontariats à travers 3 continents. Cliquez ici pour accéder au lien vers notre projet.

Ainsi nous allons vous en dire plus sur notre volontariat en Equateur, dans la région de Loja.

Les hôtes et le lieu

Nous sommes à la finca Sagrada, à quelques kilomètres de Vilcabamba, au sud-est de l’Equateur. La propriété fait partie d’une petite communauté, regroupant plusieurs fermes autour de la rivière Solanda.
Celle-ci appartient à Walter et Susan, couple de retraité à la vie bien remplie qui sont venus s’installer en Équateur il y a onze ans et dans cette ferme il y a huit ans.

Walter est passionné de biodynamie depuis son plus jeune âge et c’est pour cette raison que nous avons décidé de donner un coup de main à la ferme.
Il est né à Bornéo du temps où l’Indonésie était sous contrôle hollandais. Il a ensuite été envoyé en internat en Angleterre avec sa sœur et son frère et deux ans après l’ensemble de la famille s’est installé en Nouvelle-Zélande. C’est la que Walter découvre la vie à la ferme, sa sœur s’installe avec un fermier kiwi. Il passe ensuite quelques années en Irlande du Nord où il rencontre sa première femme et avec qui il s’installe aux États Unis. Il a géré plusieurs fermes, fait tout type de fromage, du pain au levain reconnu dans plusieurs états… Vers la cinquantaine il rencontre sa seconde femme, Susan avec qui il voyage et finit par s’installer en Équateur.

La ferme court sur presque 500 hectares, seulement 5 sont cultivés ; le restant n’étant que végétation libre de grandir.
Deux ânes, deux chèvres, quatre vaches, deux veaux, un chien et une quinzaine de poules, canards et oies parcourent les terres.

Le projet

Walter travaille sur la ferme avec Cristian, son partenaire équatorien depuis 7 ans et José, depuis 1 mois.
Leur objectif est de produire de la nourriture pour leurs familles et leurs communautés. Pour cela, ils utilisent les principes de la permaculture, de la biodynamie que Walter pratique depuis plus de 40 ans et les techniques traditionnelles équatoriennes apportées par Cristian et José.

A cette époque de l’année, avril, soit la fin de la saison des pluies, nous pouvons arpenter la ferme et y récolter : carottes classiques et carottes blanches, avocats, épinards, patates douces, tomates, yuka (racines, sorte de manioc), betteraves, laitues en tout genre, blettes côté légumes ; bananes (2-3 variétés différentes), oranges douces, oranges acides, citrons doux, citrons acides, mandarines, fruits de la passion, goyaves, papayes, petites prunes, et d’autres dont nous ne connaissons pas la dénomination côté fruits. Nous n’oublions pas non plus la grande variété d’herbes : romarin, thym, sauge, origan, origan sauvage, menthe…

Autre produit de la ferme, les œufs du poulailler, le lait (et donc le fromage) offert par une des vaches qui a eu un petit il y a environ trois semaines.

Promis, nous avons bien mangé !

Les activités

Nous sommes arrivés un lundi et cinq volontaires étaient déjà présents. Nous ne nous attendions pas à ça et avons été un peu déçu dans un premier temps car nous préférons généralement être seul avec les hôtes. Vous savez quoi, en à peine quelques heures, nous avions changé d’avis ! Nous avons rencontrés des jeunes extras, généreux, engagés, passionnés et surtout épicuriens, toujours prêts à partager un bon repas et des fous rires ! Merci Marion et Kai, Rebecca, Eef et Luke, vous avez rendu notre séjour encore plus agréable ! Nous espérons vous recroiser quelque part sur Terre 😉

Comme dit plus haut, nous sommes en avril à la fin de la saison des pluies. Nous avons aidé Walter et Cristian durant 11 jours. Nous avons ainsi :

  • déplacé un portillon sur une barrière
  • arraché les herbes autour de pieds de carottes, de patates douces ou d’ananas
  • tondu
  • coupé des herbes et paillé les plants de café avec elles
  • installé des ficelles dans la serre pour faire grimper les tomates
  • déplacé et rangé du bois
  • retourné les lits
  • trait la vache
  • préparé une parcelle pour planter des patates douces
  • déplacé une canalisation pour canaliser un fossé et fait un petit pont en pierre recouvert de terre
  • planté des tomates et des laitues dans la serre
  • ramassé de la bouse de vache pour nourrir les vers dans le compost et préparer un compost avec une préparation biodynamique
  • nettoyé le réservoir d’eau potable
  • ramassé des grains de cafés
  • rattrapé une vache qui s’était échappée de son champ pendant que nous petit-déjeunions, puis une seconde fois lorsque nous dînions (oui, cette vache avait le don de détecter quand nous mangions !)
  • cuisiné beaucoup ! Toujours un plaisir 😉

Astuces

José nous a parlé un peu de la culture andine ; tous les éléments sur Terre sont par deux, car rien ne peut vivre seul : les animaux, les plantes, les pierres… Ainsi, lorsqu’un équatorien construit une barrière, il utilise certaines essences d’arbres qui, même coupées, peuvent repousser et créer un nouvel arbre ! Chaque tronc est planté avec une branche et chacun va aider l’autre à grandir.

Barrière

Si vous souhaitez en apprendre plus sur la production en biodynamie et les cultures équatoriennes auprès de personnes inspirantes et dans un cadre préservé, nous recommandons vivement le volontariat à la Finca Sagrada. Walter, Susan, Cristian et José n’hésiterons pas à vous partager leurs passions.

Nous avons eu la chance de passer ces quelques jours avec eux et avons pu rencontrer des Hommes inspirants et généreux. Nous n’avons pas hésité une seconde et leur avons posé nos questions afin d’en apprendre plus sur eux. Pour retrouver l’interview de Walter et Susan c’est par ici et pour celle de Cristian par là !

Nous leur souhaitons plein de bonheur et de réussite dans leurs projets respectifs. Merci à eux pour leur partage.

Merci aux volontaires pour tous les bons moments et les bons repas partagés !
A Marion et à Kai, nous vous souhaitons de trouver votre terrain parfait pour y planter fruits de la passion et y sauver les tortues marines ; à Rebecca, nous te souhaitons de continuer tes beaux projets et de partager tes découvertes agricoles à ton retour ; à Eef, nous te souhaitons de trouver le métier qui t’épanouira ; à Luke, nous te souhaitons bonne chance pour cette nouvelle aventure vietnamienne à venir !

 

Si vous souhaitez en voir plus, le site de la ferme est par ici : Finca Sagrada

Et pour découvrir la magnifique association portée par Cristian c’est par là : El Arte de Reciprocidad

La lecture de cet article vous a plu ? Commentez et partagez sur les réseaux sociaux
Vous en voulez plus ? Jetez un œil à nos autres séries dessine moi et raconte moi toi.