Volontariat en Argentine 2 – Agriculture inspirée de la permaculture avec Andrea et Nate à San Marcos Sierra

Bienvenu sur notre deuxième article de la série volontariat.

Petit rappel pour tout le monde, Yakoilabas a pour but de découvrir l’agroécologie, les constructions alternatives et les cultures du monde grâce à un voyage écologique, retrouvez ici le lien vers notre article “voyage et écologie, ça marche?” , et des volontariats à travers 3 continents. Cliquez ici pour accéder au lien vers notre projet.
Ainsi nous allons vous en dire plus sur notre second volontariat à San Marcos Sierra dans la région de Cordobà en Argentine.

Les hôtes et le lieu

Nous avons continué notre apprentissage avec Andrea et Nathan (Nate), elle argentine, lui américain. Après avoir vécus plusieurs années en Californie, le couple a changé de vie et a créé Shamballa. Le lieu, aux abords d’une rivière, est un espace d’expérimentation où Andrea et Nate cultivent un jardin inspiré de la permaculture, produisent des semences, préparent des barres chocolatées, des bougies au miel, élèvent 5 chiens, 6 chats, 2 chevaux et une dizaine de poules.

Le projet

Au milieu de plantes natives, Andrea et Nate ont construit leur maison en terre (pour en savoir plus sur cette technique, retrouvez notre article sur notre premier volontariat par ici). Autour de nombreux chemins slalomant au milieu des plantations et des serres, les plantes cultivées pour être mangées et celles cultivées pour leurs graines se mélangent. Avez vous déjà vu des graines de laitues, de poireaux ou d’oignons ? Nous non, et nous avons été surpris de voir ces plantes sous cet aspect !

Activités

La principale activité d’Andrea et Nate est la production de semences. Pendant 17 jours, nous les avons aussi bien aidé au jardin qu’en cuisine. Nous y étions durant le mois de novembre, à la fin du printemps donc, période chaude où les pluies commencent à arriver. Nous avons transplanté des tomates, du basilic, des poivrons et d’autres pieds en pleine terre ou en pot, semé des graines de maïs, de courgettes, récolté des graines de laitues ou d’haricots, arrosé le jardin, installé un nouveau système d’arrosage (gouttes à gouttes), tamisé du compost, confectionné des chocolats ou encore pris soin des poules et des chevaux.

Astuces

  • Lorsque vous plantez des pieds de tomates, vous pouvez les mettre quelques centimètres sous le niveau du sol. La tomate peut créer alors de nouvelles racines. Plus de racines signifie une plante plus forte et plus de tomates. Par contre, attention la tomate n’aime pas recevoir de l’eau sur ses feuilles !
  • Planter des plantes de mêmes variétés à différents endroits du jardin, dans différentes conditions offre une sécurité face aux maladies et insectes.
  • Certaines plantes sont dites “parfaites” et les différentes variétés peuvent être plantées ensemble (tomates, poivrons…). D’autres risquent de se croiser et de créer une nouvelle espèce, celle-ci a de grandes chance d’être stérile mais vous ne le saurez que la saison prochaine.
  • 1 laitue peut donner jusqu’à 500 graines, la nature est généreuse !
  • Les aubergines sont à semer tôt, en milieu d’hiver, sous serre. En effet, les insectes les adorent et en les semant tôt, les pieds ont le temps d’être forts et résistants avant d’être transplantés en pleine terre.
  • Si vous avez trop de cloportes dans votre jardin qui dévorent vos plantations, voici une astuce pour les attraper : installez une brique (ou une pierre) au milieu de vos plantations, humidifiez-la voire recouvrez-la de pailles. Laissez-la au moins une nuit (ou plus) et soulevez-la. Surprise, la brique devrait cacher des colonies de cloportes. Vous n’avez plus qu’à les déplacer ailleurs ou mieux, si vous avez des poules, leur donner comme aliment. Ils sont une excellente source de calcium.
  • Environ la moitié de la population mondiale vit dans une maison en terre !
  • Inertie thermique d’une maison en terre : la température se restitue avec environ 12h d’écart (fraîcheur de la nuit le jour, et chaleur du jour la nuit).
  • Le compost provenant de toilettes sèches peut contenir des bactéries fécales (E. Coli par exemple). Afin d’éviter un risque de contamination, le compost peut être destiné aux plantes et arbres d’ornements. Une autre solution efficace consiste à le mélanger à un compost provenant des résidus alimentaires et à le faire digérer par des vers dans un lombricomposteur.
  • Le compost a besoin d’un apport d’eau suffisant, un bon mélange est généralement 50% de matières sèches et 50% d’humidité. Il est possible de faire tremper les matières à intégrer (plantes coupées par exemple) une nuit avant de les mélanger au compost.
  • Si vous possédez un sol sec et caillouteux, il ne faut pas hésiter à le couvrir d’une épaisse couche de pailles et d’écorces (> 10 cm) pour le protéger du soleil et laisser une chance aux organismes du sol de se reconstituer et par la même, de fertiliser votre sol.

Si vous souhaitez les connaître un peu plus, rendez-vous sur leur site internet (en anglais et espagnol) !

La lecture de cette article vous a plu ? Commentez et partagez sur les réseaux sociaux
Vous en voulez plus ? Jetez un œil à nos autres séries dessine moi et raconte moi toi.